Sylvia Nabinger1, Taís Cesca2, Verônica Chaves3


La Politique Nationale d’Education de la Petite Enfance: Le droit des enfants de zéro à six ans à l’éducation, a été promulgué en 2006 par le Ministère de l'Éducation, au travers du Ministère de l'Éducation de base. L'exclusion sociale et la confusion dans les rôles associés à l'éducation de la petite enfance ont été les principaux moteurs de cette nouvelle organisation de l'éducation de l’enfant. Puis il revient à l'Union d’accorder les rôles de chacun des organismes publics afin de viabiliser ce nouveau moment.

 


Les municipalités ont conservé l’autonomie pour sélectionner leurs politiques d’assistance et de pédagogie. Entre autres attributions, au-delà des questions d'organisation administrative des écoles, le financement pour la recherche et la formation continue des enseignants en exercice dans les écoles publiques est mise en évidence. 


En 2010, l'OSCIP Acolher a initié les premières discussions avec la municipalité de Porto Alegre, en présentant les principes d’Emmi Pikler et en offrant une proposition de travail comme potentielle amélioration de la politique publique de notre municipalité.


OSCIP Acolher a été fondée en 2007. L'objectif principal est de fournir une assistance aux institutions travaillant avec la petite enfance (abris et crèches) et promouvant, d’après les théories développées par Pikler - Loczy Institut, la formation et le renforcement des compétences des professionnels. En outre, l’accompagnement du personnel travaillant avec la petite enfance sur l’élaboration de leurs projets, l'analyse des pratiques professionnelles et de la configuration des espaces dédiés aux soins des enfants. 


Les études de la philosophie d’Emmi Pikler à la SMED ont commencé en 2011, avec des formations spécifiques pour les éducateurs des crèches dans les écoles publiques municipales et des des institutions conventionnées que travaillent dans les regroupements de crèches. Ces sessions de formation ont été organisées dans quatre régions différentes de la ville de Porto Alegre. En 2011 , nous avons travaillé avec les éducateurs des régions sud et ouest, pour un total de 140 éducateurs formés dans la perspective de l'amélioration de l'interaction avec les enfants en insistant sur le toucher, le regard, la parole et le geste, ainsi que la qualification des espaces offerts aux bébés. 


Ces formations ont conduit à l'organisation du Premier Symposium de l’Education Précoce, qui s'est tenu à l'Auditorium du SMED en présence des Docteures Mme Agnes Szanto Feder, Présidente de l'Association Pikler - Lóczy en France et Myrtha Chokler, Vice-Présidente de l'Association Internationale Pikler - Lóczy en Argentine, qui ont abordé l'importance de la libre circulation. Cent personnes ont participé à cet événement parmi les éducateurs qui ont été formés et d’autres professionnels intéressés par nos études.


En 2012, nous avons travaillé avec des éducateurs des régions nord et est de la ville, pour un total de plus de 120 éducateurs formés dans la même perspective déjà mentionnée ci-dessus. Cette même année, nous avons organisé le II Colloque sur l'Education de la Petite Enfance, cette fois dans l'auditorium du Ministère Public de Rio Grande do Sul, avec 500 participants, et en plus des présentations des Docteures Mme Agnès Szanto Feder, Présidente de l'Association Pikler - Lóczy en France et Myrtha Chokler , Vice - Présidente de l'Association Internationale Pikler - Lóczy en Argentine , nous avons des retours d'expériences de professionnels d’Equateur, du Chili d’Argentine et du Brésil .


En 2013, le III Symposium a eu lieu en présence de Docteure Mme Anna Tardos, Directrice de l’Institut Emmi Pikler et nous avons pu encore compter sur la présence de Mme Agnès Szanto Feder et Myrtha Chokler. 500 personnes ont participé au Symposium parmi lesquels des éducateurs d’Institutions conventionnées, des enseignants, moniteurs et d’autres professionnels intéressés dans le thème.


Encore en 2013, nous avons réalisé le Cours de Formation pour l'Approfondissement de l'Interaction entre l'Enseignant et l'Enfant. Pour ce cours, nous avons travaillé avec les équipes des crèches et l’équipe de direction de quatre écoles municipales d'éducation à la petite enfance, et au développement d'un projet pilote visant à mettre en œuvre un plan d'action afin de repenser le fonctionnement de routine des crèches compte-tenu de l'approche adoptée dans le cours. 24 professionnels qui travaillent directement dans les écoles et 12 membres professionnels de l'équipe de la SMED ont été formés.


 A partir des formations menées depuis 2011, une réorganisation de la proposition pédagogique a été initiée pour travailler avec les enfants de 0-3 ans d’écoles municipales, à la fois engagée comme les écoles municipales et conventionnées d'éducation à la petite enfance a commencé.


Dans un premier temps, la différence entre les concepts de base de la philosophie et des lignes pédagogiques d’Emmi Pikler existants dans les écoles a provoqué un éloignement et de la méfiance, du fait de la divergence entre la pratique actuelle et ce qui est proposé. Cependant, au-delà de cette première étape, nous avons progressivement construit mutuellement, au travers de la confiance, les connaissances et les découvertes de la pédiatre hongroise Emmi Pikler Lóczy et de l’expérience de l’orphelinat Lóczy.


Ceux furent ces moments qui prononcèrent le début du réseau dans le pays et qui ont aussi contribué au programme détaillé de soins des bébés de zéro à trois années dans les environnements collectifs.


Nous avons observé des failles dans les premiers soins aux enfants, à la fois dans les rapports présentés para les aides maternelles durant la formation, comme lors des visites aux écoles de la petite enfance, que ce soit du point de vue objectif (mobilier scolaire, nombre d'enfants par soignant, a routine du ménage plan pédagogique, etc) ou en ce qui concerne la qualité des interactions entre l'enfant et les éducateurs et les professeurs propre, entre les propres enfants et la communication des professeurs et les parents des bébés.


L'un des principaux problèmes était la rotation des aides maternelles. Beaucoup d’entre elles n’arrivaient pas à créer un lien de confiance car elles ne restaient pas assez longtemps sur site. Les relations interpersonnelles à la suite de cette situation, finissent par être peu fiables, il n'y avait pas de temps pour construire l' empathie nécessaire pour la sécurité intérieure de l'enfant.
 Un autre point notable concerne les mouvements libres exercés par les bébés. Soit ils étaient stimulés assez tôt ou passaient des heures en position inconfortable ou immobilisés mécaniquement ou ne permettaient pas que les bébés prennent leurs propres initiatives, de façon a développer l’ autonomie nécessaire pour se sentir rassurés.


La routine, basée sur un plan pédagogique sévère envers l'enfant était apparemment confortable pour les adultes. Toutefois, pour tenir compte de tant de demandes, les aides maternelles étaient incroyablement rapides, ce qui les épuisaient jusqu’à ne plus respecter l'individualité et, le rythme, l'espace et les initiatives naturelles de chacun des bébés.


Il y avait aussi deux questions très sensibles, qui ont transformé le change des couches et l'alimentation. L'une et l'autre étaient réalisées rapidement et mécaniquement, sans privilégier les interactions interpersonnelles. Ces moments étaient calmes, tendus et sensoriellement pauvres, générant de l’anxiété, des morsures et des pleurs chez les enfants.


Une autre question importante était la composition de l'environnement dans lequel les bébés restaient, beaucoup d'entre eux environ 12 heures par jour, Les jouets n’étaient pas appropriés pour les enfants (quantité insufisante, peu intéressant, matèriel inadequate, dificile à manipuler et peu accessible), en ne développant pas de manière satisfaisante la psychomotricité.
Ce fut essentiel aussi, au cours de ce processus, montrer l'importance de l'observation des bébés par des moniteurs. Beaucoup ont cru jusqu'à présent que les bébés n’étaient pas quelque chose d'intéressant, à première vue, cependant, il a été perçu que, à leur manière, ils avaient des activités psychomotrices intenses. Qu’est ce qui a été nécessaire? Un grand changement dans le regard, qui est devenu plus attentif aux mouvements et aux capacités de chaque enfant. Les dossiers montrent la vidéo et les activités posturales développées à Lóczy, laissant le public dérouté par les compétences et le développement des capacités des enfants là-bas.


 Qu'est-ce qui a changé?
Des aides maternelles permanentes ont été nommées depuis le début de notre formation, pour des groupes d’enfants moins nombreux. Si avant, deux soignants s'occupaient de dix enfants dans la même salle, aujourd'hui, chacun d'entre elles s’occupent de cinq enfants dans le même environnement, mais d'une manière plus ordonnée, en donnant à manger, en changeant les couches, et en faisant dormir. Les deux réalisent toutes les activités ce qui n’arrivaient pas avant, car seule une d’entre elles était quotidiennement responsable, par exemple, du changement des couches exclusivement. À partir de celà, l’interaction a commencé à être privilégiée, les mouvements sont devenus moins pressés, par exemple, pour changer les couches ou pendant l'heure du repas. La connaissance de chaque enfant est maintenant plus détaillée, comme une attention individualisée, avec plus de respect pour l’individualité de chaque enfant.
 Un autre point à noter est qu'il y a eu un changement soudain dans l'organisation des espaces collectifs. Avant les enfants n’avaient pas accès à des jouets, sauf à certaines heures. Aujourd'hui, le mobilier permet également aux enfants d’avoir un accès libre à des objets ludiques de l’espace commun.


Peu d'objets, il est également important de le noter, étaient différenciés. Il y avait, par exemple, un charriot avec des piles pour dix enfants. Aujourd'hui ils ont des objets plus simples avec un accès facilité et en quantité suffisante pour éviter les conflits, les disputes et les morsures entre eux.


L’heure du patio a été étendue au détriment du temps que les enfants passaient devant la télévision. Cette réalité dans les crèches étaient très présente jusqu’à maintenant, et aujourd’hui, on voit quelque chose de plus profond dans la qualité du temps des enfants qui fréquentes ces institutions.


Tous les changements ont été réalisés grâce au dévouement aux processus de formation continue, et au fait que, petit à petit, les professeurs comprennent que le soin n’étaient pas une activité innée, que ces enfants n’étaient pas leurs enfants, ni leurs petits-enfants ou leurs frères, que c’étaient des enfants avec une autre situation affective et qui avaient besoin de traitements avec quelques spécificités professionnelles, à savoir : les gestes délicats, un regard attentif, le poids de la main, le parlé posé, l’intonation de voix constante, l’annonce anticipée de chaque geste, l’approche physique et le contact, l’harmonie entre les aides maternelles, qui soit une chorégraphie au minimum établie, ordonnée et principalement, qui fussent suivie par tous.  
L’exécution de tout est difficile et morose et inclut des changements de comportement et de culture qui ne sont pas simples, principalement dans des pays émergents comme c’est le cas du Brésil.


Beaucoup de professionnels ne sont pas en mesure d'établir de nouvelles routines et aujourd'hui, en se souvenant de l’ancienne manière de travailler, ils s’émeuvent et perçoivent quotidiennement l’évolution contextuelle, intellectuelle et sociale dans leurs actes quotidiens avec les bébés.  


" Tout au long de son développement, non seulement le bébé apprend à se tenir debout sur son ventre, rouler, ramper, s'asseoir, se mettre debout, marcher, mais il apprend aussi à apprendre. Apprendre à être bien seul, à s’intéresser à quelque chose, essayer et expérimenter, surmonter les difficultés. Il apprend la joie et le plaisir qu’éveille la conquête : résultat de sa persévérance patiente et autonome."
Emmi Pikler

{jumi [templates/pikler/js/scrolltop.js]}
{jumi [templates/pikler/js/cookie-fr.js]}